Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Guilty All The Same ft Caly   Mer 30 Juil - 16:08
Gallions : 72
    
/!\ Attention, ce topic peut contenir des propos pouvant heurter la sensibilité.



Show us all again that our hands are unclean
That we're unprepared, that you have what we need
Show us all again, 'cause we can not be saved
'Cause the end is near, now there's no other way
And oh, you will know...

You're guilty all the same, too sick to be ashamed
You want to point your finger, but there's no one else to blame




Ne dit on pas que le calme reviens après la tempête? Mensonge ! Ce qu'il y'a après le chaos c'est ce silence qui laisse le temps de constater les dégâts, de compter les morts et de remarquer le gout amer que l'on a au fond de la gorge. Le temps de se laisser envahir par des délires de vengeance, le temps de cultiver la haine. L'urgence s'en est allée, le vent à cesser de se déchaîner...Tout est d'un calme plat. Plus de remous dans les vagues, plus de cris de douleur, de larmes et de souffrances. Vérité? Je ne sais plus moi-même.

Je n'ai pas été capable de retrouver le sommeil depuis que j'ai retrouver Caly. Pas une minute, pas une seconde. Mes voix se sont déchaînées et maintenant elles se taisent. Comme si je n'avais plus en moi la ressource suffisante pour qu'elles puissent s'exprimées. Mon corps à mal et mes blessures tardent à se refermées. La brûlure est intense et chatouille chacune de mes terminaisons nerveuses. Je suis épuisé et je souffre mais je n'en montre rien à Caly, je rassemble le peu d'énergie qu'il me reste pour tenter de faire bonne figure. Suis je encore capable de réfléchir? Oui...et non... Je me tourne lentement entre les draps et fait face à Caly. Son visage est baigné par un rayon de lune et je me sent repris de cette envie de pleurer comme un bébé. De pleurer de chagrin et de bonheur à la fois, de haine et de jubilation. Je frissonne. Je cherche les voix au fond de ma tête mais rien ne viens.

Je me contente alors de fixer Caly et je cherche un moyen pour qu'il ne puisse plus jamais s'éloigner de moi. Et je ne parle pas de rupture je parle de sa simple présence constante à mes cotés. Il doit bien exister un sortilège qui nous tiendrais lier comme des aimants?!? Ou bien littéralement comme des siamois ! Je secoue la tête et me mords l'intérieur de la joue. Plus jamais je ne veux qu'il s'éloigne ne serait-ce que une minute. Je me fait foi de le protéger envers contre tout et tente de me persuader que cela pourrait être suffisant. Que je suis Dieu et que c'est moi qui décide. Ma mâchoire se serre, j'ai besoin de drogue. Besoin de manger aussi très certainement mais c'est un besoin secondaire.

Le manque se fait sentir mais je ne bouge pas. J'aurais trop peur de réveiller Caly...Son sommeil est si léger. Il semble hanté et je ne le supporte pas. Tout mon corps se raidit sous les draps et toujours pas une voix pour me guider ou me provoquer. Je suis seul et je n'aurais jamais penser détesté ça. Caly frémit et je pose ma main sur son avant bras. Je ne supporte pas l'idée qu'on aie pu lui faire tant de mal . Serait-ce ma faute? Parce que je n'étais pas la pour lui? Aurais je pu empêcher ça? Suis je moi aussi coupable? Je n'en peux plus. Ça me donne envie de faire moi-même du mal à TOUT le monde. Je ne suis pas retourner voir Sarsoise depuis plusieurs jours car je ne réponds pas de moi-même. C'est la seule exception que je m'accorde et cela uniquement parce que elle porte une partie de moi. Yeurk. Je me retiens de vomir et me concentre sur Caly. Rien que lui, maintenant et pour toujours. Le monde entier en dehors de cet appartement peut bien disparaître. Caly s'agite plus encore dans son sommeil.

Asmodeus - Chuuuut...dors... tout va bien

Je passe ma main dans ses cheveux. Je vois les muscles de sa nuque se raidir. Je suis perdu entre l'envie de le laisser dormir, il en à besoin et celle de le sortir de ce cauchemar au plus vite. Encore une fois, aucun conseil, aucune provocation. Je me laisse aller à pousser un grognement alors que les jambes de Caly s’agitent . Il laisse échapper un gémissement qui n’évoque en rien le plaisir. Je me glisse alors contre lui et l'entour de mes bras. Il résiste. A t'il seulement conscience que c'est moi qui suis à ces cotés? Ou me rejette t'il? Rien! Je le serre plus fort.

Asmodeus - C'est moi...Asmo...je suis la...je t'aime, je n'aime que toi...



«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Jeu 31 Juil - 11:04
Gallions : 150
    


Alifay s'agitait dans son sommeil, chaque nuit il retournait dans ces cachots, revivant les atrocités passées, inlassablement. Son esprit ne voulait pas qu'il oublie, jamais. Y-avait-il une leçon à tirer de toute cette merde ? Non, en dehors du fait que le monde était pourri de l’intérieur, gangrené par des merdes consanguines bercées trop près du mur, adeptes des sévices corporels. Des cancers. Comment gagner cette guerre ? Il n'y avait de toute manière plus rien à récupérer, le mal était encré bien trop profondément. Et ce mal le rongeait, chaque nouvelle respiration était un supplice, il n'arrivait pas à oublier. Et chaque nuit, il était la bas, inconscient d'être sorti du sous-sol des Gresham, inconscient d'être dans les bras d'Asmodeus.

Lui briser tous les os à plusieurs reprises ne les amusèrent pas longtemps. Creuser ses anciennes blessures semblait être beaucoup plus plaisant. La marque indélébile de l'Amour avait été retaillé dans son bras, bien plus profond, sans doute les mots étaient-ils gravés sur ses os à présent. La cicatrice parcourant sa joue ne fit pas exception. La lame racla ses dents, écorcha ses gencives. Après avoir rouvert toutes ses vieilles blessures, en créer de nouvelles fut la suite logique, quoi de plus excitant pour des désaxés ? Caly avait accordé trop d'important aux mots re-gravés dans son bras, les rendre plus visible lui avait procurer une satisfaction malsaine qui ne passa pas inaperçu. L'arracher, lentement, était devenu leur priorité. La peau se décollait, doucement, laissant apparaître muscles & os. La douleur était tellement assommante qu'il n'arrivait pas à hurler, seulement subir, prier que ça s'arrête, qu'ils trouvent un nouveau jouet.

Quelle partie de son corps n'avait pas été mutilé ? Hormis son visage, en grande partie épargné, en dehors de son nez cassé, les arcades et les lèvres régulièrement fendues, tout le reste de son corps portera les stigmates de la Folie pour le restant de ses jours. Il les tuera, un jour, i sera libéré et il les tuera tous, jusqu’au dernier.

Sans doute l'avaient-ils entendu car déjà de lourdes chaînes enlacèrent son corps meurtri, à jamais esclave de la douleur. Se débattre. Il ne crèvera pas, pas ici, pas loin de Lui. Il passa le pouce sur son alliance, l'Ultime Espoir. Geste qui ne passa pas inaperçu, l'anneau se mit à chauffer, elle devint vite incommodante ; alors que les chaînes qui l'entouraient le serraient davantage. Il ne mit pas longtemps à comprend leur but, le torturer avec son dernier espoir, la dernière chose qui le raccrochait à la vie. Mais ne l'avaient-ils pas déjà fait ? Non, l'alliance, ce n'était pas nouveau, en revanche, les fers qui le laceraient chauffés à blanc, si. L'Auror serra les dents, retenant un long hurlement, mais laissant échapper un gémissement. Animal pris au piège, se battre était inutile, quoi qu'instinctif. Caly tira d'un coup sec sur ses entraves, tentant de s'en échapper. Peine perdue. Il allait crever, son coeur allait lâcher.

C'est moi...Asmo...je suis la...je t'aime, je n'aime que toi...

L'echo des souvenirs, de sa voix, était pire encore.  Mourir sans le revoir, sans le toucher, sans lui dire qu'il l'aimait, une dernière fois.

« Asm… » Lacha-t-il dans un dernier souffle. C'était fini.

Et il s'éveilla dans un sursaut, dans la pénombre de sa chambre. Le corps agité de tremblements, Caly se debarassa avec hâte ce qui entraviaent son corps : draps, vêtements, bras et s'assit avec précipitation dans le lit, plongeant son visage dans ses mains décharnées.

« Calme toi… bordel de merde, cal-me-toi...» marmonnait-il malgré sa mâchoire crispée. « t'es chez toi, vieille merde, arrête de flipper. » Il essayait de se rassurer, mais son coeur frappait si fort que ça le faisait encore plus paniquer. Alifay finirait par mourir de peur, mourir par ses souvenirs. C'était horrible, impossible de se reconstruire quand on ne cesse de revivre ces horreurs et s’éveillant qu'en mourant.

Il mit quelques minutes à reprendre ses esprits mais le corps toujours secoué de spasmes, et seulement à cet instant il pris conscience de la présence de quelqu'un à ses côtés. Sa respiration folle s'apaisa alors. Son amour, son fou, celui pour qui il était prêt à tout, son Espoir, sa Perte, son unique lumière dans une nuit sans fin. Asmodeus. Il souffla son prénom dans un sourire douloureux. Et il se senti mal. Caly l'avait rejeté, dans son réveil brutal.

« Excuse moi. »

Il s'adossa contre le mur, gardant les yeux clos l'espace d'un instant. L'auror passa sa main contre sa joue, s'assurant que la cicatrice n'avait pas été rouverte, encore et encore.  Il ouvrit les yeux pour constater qu'aucune trace de sang avait taché ses doigts squelettiques. Seule l'alliance demeurait, trônant au milieu des cicatrices, l'Ultime Espoir. Et enfin, il posa son regard sur Lui, la pâle lumière de la Lune le rendant irréaliste.

« Ça doit être un rêve. Aucune personne saine d'esprit voudrait rester à côté d'un cadavre. »

C'était bien tout ce qui restait de Caly Gerard Alifay, tentant encore de se battre pour sa vie, malgré l'esprit en miettes.


I’ll always bleed for you. so let’s laugh, let’s learn to laugh at ourselves again. and let’s love, Let’s hate what our love makes us do. if i face my fears, would my skies be all but clear? probably not. then again i’ve always held my doubts so close to my heart that these frames have trapped all my better days.  I hate the things i do and all the shit i put you through. it’s tragic, i’m static. i am the world’s worst, i am my own worst enemy,  drugs can’t kill me. love won’t save me from myself.
 
avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Lun 1 Sep - 23:38
Gallions : 72
    
Caly - « Asm… »

Oui c'est moi ! Asm... Pas un autre, pas une autre, mon prénom ne peut que rarement prêter à équivoque...C'est donc moi qu'il appelle ! Dans le noir, dans la nuit, encore et toujours. Alors pourquoi brusquement, il me rejette à nouveau. Les draps, moi, tout et pour s'éloigner loin, trop loin. Je ne le supporte pas et comme mes voix ne sont pas la pour m'enfoncer, je ne parviens pas à trouver comment les contrariées en faisant tout le contraire de ce qu'elles me dicte...Je...ne... Mon ventre se serre et mes muscles se tendent. Le manque de la drogue mais de Caly avant tout.

Caly - « Calme toi… bordel de merde, cal-me-toi... t'es chez toi, vieille merde, arrête de flipper. »

La peur et l'angoisse transpirent de sa voix, de chacun des pores de sa peau et moi je me sens si inutile, si impuissant. Je serre la mâchoire à m'en faire mal. Je tends une main vers Caly, me ravise et puis la tends à nouveau pour ne finalement pas le toucher. Je rassemble toutes mes forces pour ne pas exploser et lui crier combien je ne supporte pas qu'il me rejette. Vais-je être capable de faire face sans péter les plombs? Je m'empresse de saisir mon paquet de clopes sur la table de nuit et d'en allumer une.

Caly - « Excuse moi. »

Caly Alifay ne s'excuse pas ! Cela est la preuve même qu'il n'est pas dans son état normal. J'inspire et laisse la fumée chaude envahir mes poumons. Je devrais m'en sentir soulagé , savoir que c'est à cause de ce qui lui est arrivé qu'il se comporte de la sorte...que je ne dois pas le prendre pour moi. Je sais bien que à sa façon il me veut mais non...Je ne parviens que à penser à ce qui lui est arrivé, à ces bâtards qui ont blessé et changé MON Caly. Je ne veux pas concevoir que ces événements me l'aie rendu, NON, nous étions destiné à nous retrouver et cela à toujours été le cas. J'ai l'impression de sentir mon sang bouillonné alors que je tire sur ma clope avec une avidité déroutante.

Caly - « Ça doit être un rêve. Aucune personne saine d'esprit voudrait rester à côté d'un cadavre. »  

Je grogne avant de bondir. Je m’emmêle dans les draps mais je rejoints rapidement Caly et trouve un moyen de caler un peu de ma peau contre la sienne. Juste quelques centimètres.

Asmodeus - MOI ! Couillon ! Je resterais a coté de ton cadavre jusqu’à ce que tu ne sois plus qu'une merde puante et putréfiée, jusqu’à ce que moi même je dépérisse et puisse te rejoindre...Alors ferme la un peu ! MOI je serais la ! TOUJOURS ! Putain!

Je coince  le reste de ma clope entre les lèvres de Caly , me lève à poil et quitte le lit...tout en m'éloignant, je caresse du bout des doigts l'épaule de Caly. Même quitter la pièce une seconde me torture. Je cours au salon et reviens avec ma petite boîte. Oui j'en ai besoin et alors ! Je me défens alors que personne ne m'attaque. Une habitude !  Je grogne et rejoins la chambre. Je me glisse sur le lit et allume la lumière sur la table de chevet. J'inspire et entame de rouler un joint d'herbe magique. C'est de calme dont nous avons besoin.

Asmodeus - Bon je sais plus quoi faire ! On va fumer ça ensemble...tu vas te décontracter et on va parler de ce que tu veux...tu dois faire sortir tout ça et ensuite pour que tu puisse trouver le meilleur sommeil on va faire l'amour !

J'affiche un large sourire fière. Caly et moi n'avons pas eu de relation intime depuis trop longtemps. Je ne veux pas le brusquer après ce qu'il lui est arrivé mais ...Aaargh ! Un conseil s'il vous plait !?! Je reprends...

Asmodeus - Oui faire l'amour et pas baisé parce que je veux que tu puisse sentir combien je t'aime et j'en ai besoin moi aussi alors si tu te montre prêt sache que moi je le suis.

J'allume alors le joint. Une volute de fumée mauve se répand entre nous et du bout des doigts je caresse le bas du dos Caly. Putain de merde. J'en ai déjà un érection  mais si lui, il n'était pas prêt...s'il me rejetait encore. Je serre les dents et tire une nouvelle taffe en faisant semblant de rien avant de le tendre vers Caly. Advienne que pourra...



«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Dim 7 Sep - 14:18
Gallions : 150
    




Les gestes brusques d'Asmodeus firent sursauter Caly. Ce n'est qu'un rêve se dit-il pour tenter de se rassurer, qu'un putain de rêve, je vais me reveiller enchainé à mon mur moisi ou je finirais par y crever, seul. Oui, c'était tellement évident. Mais cela le rassurait-il pour autant? Non. La panique commençait à remonter en lui. J'veux pas crever, putain. Il entendait déjà la porte du cachot s'ouvrir dans ce sinistre grincement qu'Alifay connaissait par coeur. Il se recroquevilla sur lui même, craignant déjà les coups qu'il allait prendre dans la gueule.

Puis il y eu contact physique. Le sauvetage. Seulement quelques centimètres de sa peau touchant la sienne eu l'effet d'une décharge électrique, la bouée qui vint le sauver d'une noyade inévitable dans un océan de démons.

MOI ! Couillon ! Je resterais a coté de ton cadavre jusqu’à ce que tu ne sois plus qu'une merde puante et putréfiée, jusqu’à ce que moi même je dépérisse et puisse te rejoindre...Alors ferme la un peu ! MOI je serais la ! TOUJOURS ! Putain!

Happé par les paroles de son Fou, Caly en avait oublié de respirer, gardant planté son regard affolé dans le sien. Aussi gore fut-il, le discours d'Asmodeus était affreusement touchant et romantique, à un point que ses yeux commençaient à le bruler. Il du planter ses ongles dans sa paume pour ne pas chialer comme une vieille lopette qu'il était sans aucun doute devenu.  Depuis quand de tels propos l'atteignaient? Depuis quand était-il devenu aussi sensible qu'une fillette de douze ans devant le chanteur des Bizarr' Sisters? En acceptant ses sentiments envers Way, ne s'était-il pas perdu par la même occasion? LE Caly serait-il mort tandis que son coeur s’éveillait?

Il passa sa main décharnée dans ses cheveux tout en tirant sur la clope qui s'était retrouvé à ses lèvres sans qu'il ne sache comment. D'ailleurs, il venait de prendre conscience qu'Amso était parti, il ne l'avait même pas vu s'en aller. Alifay sera poings et mâchoire pour ne pas hurler, profondément irrité de perdre la boule à ce point, sentir son esprit se briser sans avoir les moyens de recoller les morceaux au fur et à mesure. Depuis combien de temps Asmodeus était-il parti? Dix secondes? Deux heures? Pourquoi? Ses paroles étaient du vent, il en avait déjà marre d'être avec un déchet complétement débile, sans doute était-il parti rejoindre sa salope qui lui offrirait bien plus de bonheur en cinq minutes que lui pendant toute une vie. Alifay attrapa sa cigarette, la plaça dans sa paume et l’écrasa en fermant le poing d'un geste rageur, avant de la jeter à l'autre bout de la chambre. Rien à foutre qu'elle soit éteinte ou non, qu'il crève cramé, ça serait mieux pour le monde entier.

Mais il était revenu, nu et incroyablement parfait. Caly ne le quittait pas des yeux, se décollant un peu le dos du mur, encerclant ses jambes de ses bras, la colère toujours visible dans son regard, mélangé à une profonde tendresse. Etrange cocktail. Il le regardait rouler son joint alors qu'Alifay n'avait qu'une envie, c'était de s'en foutre plein le nez, plein les veines et surtout, ô surtout plein le cul.

Bon je sais plus quoi faire ! On va fumer ça ensemble...tu vas te décontracter et on va parler de ce que tu veux...tu dois faire sortir tout ça et ensuite pour que tu puisse trouver le meilleur sommeil on va faire l'amour !

Il fit claquer sa langue contre son palais. Il n'avait pas envie de parler, avouer ses faiblesses, ses peurs, les démons qui l’empêchaient de dormir sans manquer de tuer quelqu'un. En revanche, la dernière partie l’intéressait déjà beaucoup plus.

Oui faire l'amour et pas baisé parce que je veux que tu puisse sentir combien je t'aime et j'en ai besoin moi aussi alors si tu te montre prêt sache que moi je le suis.

Caly ricana, très légèrement, autant pour les paroles de Way que pour lui même. Il attrapa le joint que son brun lui tendait et le porta à ses lèvres avant d'en tirer une grande, très très grande bouffée. Il ne pouvait ignorer l’érection qui s'offrait à ses yeux et la sienne grandissante, dissimulée par sa position. Il souffla la fumée épaisse et mauve au visage d'Asmodeus et laissa planer le silence pendant quelques minutes, s'adossant à nouveau au mur. Oh bien sûr qu'il en avait envie, depuis combien de temps leurs corps ne s'étaient-ils pas retrouvé ? Depuis beaucoup trop longtemps. Alors qu'attendait-il pour se jeter sur lui? Il tira une nouvelle latte avant de souffler doucement la fumée au dessus de lui. Il brisa enfin le silence d'un voix basse, calme, presque dérangeante.

« Parler? Pour dire quoi? »  Caly fit une légère pause, mais pas assez longue pour que Way ai le temps de répondre. « T'expliquer de quelle manière ces fils de pute ont brisé chacun de mes os? Avec quoi ils m'ont découpé comme un vulgaire bout de viande? A quel point ils arrivaient à être créatifs chaque jour pour m'emmener aux portes de la mort et m'empêcher d'en franchir le seuil? »  Il ne cilla pas, le regard toujours profondément ancré dans celui de Way. « Que j'en vienne à te dire combien de fois mes os ont repoussés pour mieux les briser la minute suivante, combien de fois ils ont pansé mes blessures pour les réouvrir plus profondément, combien de fois j'ai hurlé qu'on m'achève, combien de fois je t'ai appelé. Combien de nuit mon esprit me renvoi la bas, et c'est tellement réel que je ne sais pas si au réveil je suis dans la réalité ou si c'est encore mon inconscient qui se fous de ma gueule.  Je n'ai qu'un moyen de savoir. »

Il tendit son bras droit, faiblement éclairé par la lampe de chevet, dévoilant les différentes marques qu'il s'était auto-infligé pour se prouver qu'il ne rêvait pas. Des "A" taillés, brulés, creusés dans sa peau de diverses manières.

« Tu veux vraiment qu'on parle de tout ça? »  

Il n'y avait pas eu un mot plus haut que l'autre, sa voix était resté affreusement calme, rendant ses dires plus terribles encore.

« Prouve moi que j'rêve pas, prouve moi que j'suis encore en vie. Baise moi comme la dernière des merdes. »  


I’ll always bleed for you. so let’s laugh, let’s learn to laugh at ourselves again. and let’s love, Let’s hate what our love makes us do. if i face my fears, would my skies be all but clear? probably not. then again i’ve always held my doubts so close to my heart that these frames have trapped all my better days.  I hate the things i do and all the shit i put you through. it’s tragic, i’m static. i am the world’s worst, i am my own worst enemy,  drugs can’t kill me. love won’t save me from myself.
 
avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Mer 1 Oct - 23:49
Gallions : 72
    



Caly ricane et récupère le joint. Je le regarde du coin de l’œil et l'espace d'une fraction de seconde, tout me semble normal. Notre normalité bien sure, notre équilibre, le passé...La fumée que recrache Caly se répand entre nous et j’inspire profondément pour en récupérer le plus possible. Pour l'effet tout autant que pour le plaisir d’aspirer l'air qu'il rejette. Je le fixe mais rapidement il en vient à briser le calme apparent. Il ouvre la bouche et de sa voix changée, plus rauque, je distingue le présent et toutes les horreurs qui l'accompagnent. J'ai envie de mettre ma tête sous l’oreiller et de hurler pour ne rien entendre, ne rien voir. Me complaire dans ce souvenir...dans l'idée qu'il pourrait avoir envie de moi comme avant. Et aussi dans l'idée que mes voix ne sont pas loin mais comme elles manquent à l'appel, je reste dans un état de léthargie contrôlée.

Caly - « Parler? Pour dire quoi? »....« T'expliquer de quelle manière ces fils de pute ont brisé chacun de mes os? Avec quoi ils m'ont découpé comme un vulgaire bout de viande? A quel point ils arrivaient à être créatifs chaque jour pour m'emmener aux portes de la mort et m'empêcher d'en franchir le seuil? »....« Que j'en vienne à te dire combien de fois mes os ont repoussés pour mieux les briser la minute suivante, combien de fois ils ont pansé mes blessures pour les rouvrir plus profondément, combien de fois j'ai hurlé qu'on m'achève, combien de fois je t'ai appelé. Combien de nuit mon esprit me renvoi la bas, et c'est tellement réel que je ne sais pas si au réveil je suis dans la réalité ou si c'est encore mon inconscient qui se fous de ma gueule.  Je n'ai qu'un moyen de savoir. »

Je serre la mâchoire à mesure qu'il parle. Mes ongles s'enfoncent dans la paume de ma main avec une violence telle que ma peau se déchire sous la pression. La moindre de mes terminaisons nerveuse est en feu. Mes yeux brûlent, ma gorge pique. J'ai envie de sang. Envie de faire mal à quelqu'un. Et Caly à quoi joue t'il à me rappeler qu'il criait mon nom et que moi je n’étais pas là? Putain de merde. Et voila qu'il tends son bras vers moi ...A ...A ...A. Et quoi!?! Je fut le premier à poser son nom sur ma peau et je n'ai pas eu besoin de passer par le pire pour faire ça. Je ne supporte pas de le voir plus faible que moi ! Je tente d'avaler ma salive mais ma gorge est trop nouée, je n'y parviens tout simplement pas. Mon cœur bat dans ma poitrine et résonne jusque dans ma tête.

Caly - « Tu veux vraiment qu'on parle de tout ça? »  ...« Prouve moi que j'rêve pas, prouve moi que j'suis encore en vie. Baise moi comme la dernière des merdes. »  

Je pourrais être tenté de simplement exhaussé son souhait. Me vider les couilles et les siennes au passage. Une baise bien brutale comme on sais si bien faire. Il est tellement faible que sur un malentendu je pourrais même me l'enfiler. Mes doigts tremblent et j'hésite sincèrement à céder la facilité. Pourtant je me trouve habiter d'une rage que je n'aurais soupçonnée. Je dois remettre Caly sur pied, il en va de notre bien être à tout les deux. Si nous reprenons comme avant sans changer aucune mécanisme, nous allons droit dans le mur, les freins saboter par nos propres orgueils. Je convoite le joint dans la main de Caly mais choisi de m'allumer une clope. Je bondis hors du lit. Il me semble entendre un échos au fond de ma tête mais rien de bien net.

Asmodeus - Et quoi couillon? Tu veux que je te plaigne ? Tu veux que je pleure pour toi? Si tu veux on y consacre cinq minutes? Et tu veux que je te demande pardon de pas avoir été là? Pardon de pas avoir eu assez rapidement conscience du merdier dans lequel tu t'es foutu?

Je laisse parler ma culpabilité alors que mon regard envers Caly semble frôler la pitié. Tout est calculé. Je dois retrouver la bête en lui car je ne veux pas de la biche blessée. Caly ne me demande pas de le baiser ! Ah ça non ! Pas comme ça!

Asmodeus - Tu veux que je te baisse pour te sentir vivant? Tu crois que ça pourrait marcher? Moi je te parle de te faire l'amour pour que tu sente aimer connard!

C'est si bon de l’insulter que tout mon corps en vibre de jubilation. Je refuse d'entendre la détresse qui livre son combat en arrière plan. Finis de le préserver, finis de le traiter comme un oiseau tombé du nid ! -Dans ce cas tu ferais mieux de le baiser...comme un trou... Illumination. J'éclate d'un rire dément et entreprends une petite danse. Je n'aurais pas cru pouvoir avoir autant de plaisir à les entendre. Un large sourire fend mon visage. Serait je proche d'être moi même à nouveau? Et je rit encore avant de m'approcher de Caly.

Asmodeus - Tu veux te sentir vivant?

Je lui colle une gifle sur le visage avant de me jeter sur lui et de fourrer ma langue dans sa bouche. Je l'embrasse fiévreusement tout en prenant soin de ne pas le toucher autrement.  Alors Caly ! En as tu 'encore dans le pantalon? -Peut être qu'il est juste bon pour la poubelle Et je rit à nouveau. Et entre deux éclats de rire et un coup de langue sauvage j'ajoute...

Asmodeus - Un homme signe de me baiser, un homme comme celui que tu étais devrai plutôt envisage de ...se venger...






«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Jeu 23 Avr - 11:08
Gallions : 150
    
/!\ Attention, ce RP peut contenir des propos pouvant heurter la sensibilité.

Do or die, you'll never make me,
Because the world will never take my heart.




Et quoi couillon? Tu veux que je te plaigne ? Tu veux que je pleure pour toi? Si tu veux on y consacre cinq minutes? ...

Un léger sourire s'était dessiné sur ses lèvres décharnées, pas de ceux qui qui illuminent un visage, mais plutôt ceux qui l'assombrissent. D'habitude, l'auror aurait déraillé et lui aurait sauté à la gorge, mais au lieu de cela, Caly laissait trainer son regard sur le corps nu d'Asmodeus, alors que ce dernier essayait de le faire réagir. Alifay fronça les sourcils tout en penchant légèrement la tête à la vue de la grande cicatrice qui lui barrait le ventre. Depuis quand avait-il cette blessure? Et surtout, comment? S'était-il blessé par sa faute?  Le tonnerre de la colère commençait à gronder en lui, au loin, mais il n'avait ni la force ni l'envie de le laisser éclater, qu'il se transforme en océan de rage.

... Et tu veux que je te demande pardon de pas avoir été là? Pardon de pas avoir eu assez rapidement conscience du merdier dans lequel tu t'es foutu?

Non, au fond, Caly n'en voulait qu'à lui même, de s'être foutu dans la merde. Le karma était une notion qu'il n'avait fait qu’effleurer pendant toute son existence. Mais ces semaines d'horreurs, n'étaient-elles pas un moyen de le punir pour ses péchés? La luxure, la colère, l'orgueil, l'envie, la paresse, l'adultère, les déviances sexuelles, le meurtre... Boom, carton plein. Pouvait-il en vouloir à Asmodeus de l'avoir laissé purger sa peine? Ouais, il pourrait, parce que c'était le genre d'Alifay, mais encore une fois, il n'en avait pas la force.

Tu veux que je te baise pour te sentir vivant? Tu crois que ça pourrait marcher? Moi je te parle de te faire l'amour pour que tu sente aimer connard!

Il ne pu qu'éclater de rire, un peu plus fort qu'il ne l'aurait voulu. Sans doute était-ce la seule lumière dans la nuit sans fin qu'était sa vie. C'était pathétique que lui, Caly Alifay, fut sauvé par ce sentiment si dérisoire, ce sentiment qui l'avait tiré vers le fond, celui qui avait détruit ce qu'il fut autrefois, était celui l'avait poussé à se battre pour sa vie. Ô douce ironie, tu es parfois une belle salope.

Le rire dément d'Asmo sonnait comme une mélodie à ses oreilles, et cette petite danse improvisée sortie de nulle part était un enchantement pour ses yeux. Si la folie de Way avait toujours attirée Caly, le voir se dandiner sans raison particulière, au rythme de ses éclats de rire qui foutraient les miquettes à n'importe quelle personne saine d'esprit, le rendait encore plus irrésistible. Espèces de grands malades irrécupérables. Un réel sourire étirait son visage. La folie pure d'Asmodeus avait toujours su chasser les noirceurs dans le coeur de l'auror, et à cet instant précis, c'était toujours le cas.

Tu veux te sentir vivant?

Il allait répondre que sa folie lui avait montré le chemin pour réapprendre à vivre, quand il fut fauché par une bonne grosse mandale dans la gueule et le corps d'Asmodeus qui le plaqua contre le mur. Et le barrage céda sous les baisers de son Fou, l'océan de rage se déversa enfin en lui, irriguant cette folie latente, qui n'attendait que la petite étincelle pour exploser, se transformant en incendie dévastateur.

Un homme signe de me baiser, un homme comme celui que tu étais devrai plutôt envisage de ...se venger...

Il planta ses doigts et ses ongles dans le dos d'Asmodeus pour appuyer ses paroles sans rien dire. A nouveau brillaient dans les yeux de Caly Alifay, l'insolence et la colère propres à l'auror. Il passa ses mains derrière la nuque de Way, l'embrassant avec une fouge et une sauvagerie qu'il pensait avoir perdu. Il aurait voulu arrêter le temps, se laisser happer par la folie d'Asmodeus, se fondre dans sa démence, se noyer dans ses psychoses, il n'y avait que ça qui le tenait en vie. Mais son Fou avait planté la graine de la vengeance en lui, et elle étendait déjà ses racines, nourrie par les flots de rage qui l'inondaient à nouveau.

Il repoussa légèrement Way, peut être un peu plus violemment qu'il le voulait réellement, pour se dégager de son étreinte et sortir du lit pour se tenir droit et fier. Baignées par la lueur pâle de la lune, les nombreuses blessures de Caly le présentaient sous un jour nouveau, une facette qui n'existait pas chez lui auparavant : celle du guerrier. Bon, un peu tremblotant, au vu de son affaiblissement, mais un guerrier quand même. Un guerrier en convalescence, on va dire.

« On va les faire flamber. Tous, jusqu'au dernier. Et toi et moi, on les regardera cramer, du haut d'une colline. On regardera le monde bruler à nos pieds. »

Il éclata d'un grand rire, un poil exagéré, attrapa son pantalon puis vint se glisser aux côtés d'Asmodeus.

« Mais l'incendie attendra demain. Ce soir, on va fêter mon retour. »

Il sorti de sa poche les pilules de sa moitié (qui était dans SON pantalon comme par magie... voleur.) et d'autres merdes à vous bousiller le crâne jusqu'à l'inconscience.


I’ll always bleed for you. so let’s laugh, let’s learn to laugh at ourselves again. and let’s love, Let’s hate what our love makes us do. if i face my fears, would my skies be all but clear? probably not. then again i’ve always held my doubts so close to my heart that these frames have trapped all my better days.  I hate the things i do and all the shit i put you through. it’s tragic, i’m static. i am the world’s worst, i am my own worst enemy,  drugs can’t kill me. love won’t save me from myself.
 
avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Guilty All The Same ft Caly   Mar 12 Mai - 23:56
Gallions : 72
    
Les ongles de Caly se plantent dans ma chaire et alors que d'autres auraient peut être une réaction de surprise ou de recul, moi je ronronne de plaisir du soupçon de douleur qu'il daigne m'accorder. - Tu le laisserais te butter ! C'est ce qu'il va faire d'ailleurs !  A coup d'ongles! - Je ricane, je m'en contre fou tant que j'ai retrouvé pour au moins quelques instants la fougue qui caractérise si bien mon Caly. Je réponds à son baiser avec tout autant de vigueur et de sauvagerie. A cet instant précis, je pourrais me laisser aller à une phrase con du genre : que c’est bon de vivre. - Très con même pour le coup ! - Mais voila déjà qu'il me repousse et je reste la seul et au désespoir du vide qu'il laisse entre nous.

Cependant, je constate bien vite qu'il ne s'agit pas d'un rejet. Caly se dresse devant moi, blessé, mais puissant. Je peux voir en lui renaître le feu dévastateur qui lie nos deux âmes dans le chaos. Oh oui je peux le voir et j'en jubile moi même au plus haut point ! Il est de retour! Du moins sur la bonne voie ! - Pour le plus grand malheur de tous ! - Sauf le mien ! Je me laisse aller à sourire alors je que je le regarde prendre la parole.

Caly - On va les faire flamber. Tous, jusqu'au dernier. Et toi et moi, on les regardera cramer, du haut d'une colline. On regardera le monde bruler à nos pieds.  

Mon rire se joint au sien. - Mais y'en a vraiment pas un pour rattrapé l'autre!?!- Littéralement ou non je suis tout à fait partant pour ce plan et je me satisferait grandement de régner sur le monde avec Caly et cela même si ce monde doit résider en un tas de cendres! - Quel plan fabuleux ! Tu te fou de la gueule de qui? Je regarde Caly s'emparer de son pantalon et venir reprendre place au près de moi. Il en sort MES pilules, comme toujours, il a été taxé dans mes affaire ce petit bâtard. Je ne relève pourtant pas. Ce serait mal venu. - La bonne blague !

Caly - Mais l'incendie attendra demain. Ce soir, on va fêter mon retour.  

Je frappe des mains comme une gamine prête à recevoir son cadeau de Noel. - Pathétique- Peut être ! mais dans quelques minutes je n'entendrai plus mes voix ! Et c'est qui le champion? Le maître à bord? Je ricane encore et m'empare avec d'avidité de trois pilules entres les mains de Caly. Une verte, une mauve et une rose...Un de mes cocktail favoris ! Je lui fourre la même combinaison entre les mains.

Asmodeus - Je "brûle" d'impatience de foutre le feu au monde entier avec toi! A ta santé !

Et j'avale les trois pilules sans une gorgée d'eau. J'ai l'habitude! L'effet ne se fera pas attendre bien longtemps mais, il sera accéléré avec un peu d'alcool. Je fouille dans une série de bouteilles à moitié vides à coté du lit et m'empare d'une bouteille de whisky. J'en vide de profondes gorgées avant de la tendre à Caly. Je lui laisse à peine le temps de boire que déjà je suis à l'assaut de ses lèvres. Mes mains parcourent sa peau, évitant soigneusement les plaies les plus importantes...et puis merde à quoi bon ! Dans cinq minutes aucun de nous deux ne sera plus capable de ressentir la moindre douleur. Je lui mords la lèvre inférieur et le bascule sur le lit. Je me contenterai de foutre le feu ici pour ce soir ! Ahahahah !


FIN DU TOPIC



«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

Contenu sponsorisé
Re: Guilty All The Same ft Caly   
    
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disenchanted :: ENGLAND :: Londres :: Les Habitations-