Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Absolute Zero ft Tasnim   Dim 3 Mai - 16:31
Gallions : 72
    

No pun intended, no punishment
If I offended you, you needed it
Ideas are the bombs in your mind, a fissure in time
If you don't have a weapon you can't have mine




Je fixe l'horloge sur le mur, puis la petite table du salon parsemée d'un chaos de mégots, verres, cendres et petits sachets. Je tends l'oreille mais, je n'entends rien. Pas de claquement de portes, pas de bruits de pas dans le couloir. Il m'a bien prévenu qu'il serait obligé de rentrer tard et...-" Et toi comme une petite fiotte, tu passe ton temps à l'attendre."- Je secoue la tête. J'ai toujours eu du mal à savoir Caly loin de moi mais, depuis ce qu'il lui est arrivé, depuis que je l'ai cru mort, c'est encore plus difficile. -" Tu ne peux pas t'attacher physiquement à lui et le suivre partout, alors pète un coup"- Je pousse un grognement pour toute réponse aux voix qui se déchaînent dans ma tête. Je me penche et allume le mégots d'une cigarette qui contient une plante inconnue des moldus et aux vertus psychotropes. J'inspire et recrache la fumée mauve.

Il est évident que rester là à me morfondre en fixant les murs ne m'aide en rien et je suis encore suffisamment lucide pour le constater. Je me redresse et écrase ma " cigarette" tout en poussant un profond soupire. Il est temps de me bouger, ou je vais finir par fusionner avec la canapé. Je fouille dans un tiroir et remplis mes poches de différents petits sachets de couleurs. Je m'empare de mon portefeuille, mes clopes, ma baguette et je pique une veste en cuire à Caly. Elle lui va mieux à lui, beaucoup mieux même mais, je m'en fou. Son odeur s'en échappe et mon ventre se serre. -"T'es pathétique à te torturer comme ça ! Il pue ton mec."- FAUX ! Je ricane tout en sortant de l’appartement et en fermant la porte à double tour derrière moi.

Je remonte le col de la veste Caly de chaque coté de mon visage. Je flotte dans la veste, j'ai l'air d'un débile. Ça me fait sourire alors que j’accélère le pas vers l'allée des embrumes. J'ai besoin de thune, besoin de remplir mon stock également. -" Ouais besoin de ta thune plutôt que de te faire entretenir par Caly comme une prostit..."- Je claque ma langue contre mes dents et murmure pour moi-même.

Asmodeus - Fermez-la!

Je tourne au coin de la rue, m'enfonce dans une autre ruelle et finalement je débouche directement devant Barjow & Burks. Je me laisse aller à contempler la vitrine avant d'aller m'adosser à un mur un peu plus loin. J'allume une clope et laisse mon regard se poser sur les visages qui passent devant moi. Je suis plus ou moins connu dans le quartier, et nombreux doivent être ceux qui savent pourquoi je suis la. Je n'ai pas grand chose à faire, les clients finiront bien par arrivés. Les drogués sont les meilleurs et plus fidèle consommateurs et bien qu'il ne consistent pas en l’entièreté de mes clients, je sais que je peux toujours compté sur eux. Le bruit de ma présence va se répandre, ils vont arrivés. -" Oui parce que c'est parfait d'avoir un boulot qui consiste à rendre les gens aussi bousillé de la cervelle que toi ! Oui bravo, c'est honorable ! "- Je grogne à nouveau. Parce que c'est facile de trouver un boulot normal avec des voix qui te parlent dans ta tête bien sure !?!

Un premier client s'approche, Je le connais bien le vieux Stakz. Avec un surnom pareil vous vous doutez bien qu'il a plongé de l'autre coté depuis un bon moment. Il est loin ! Son regard dans le vide, il me sourit et tends vers moi poignée de pièce. Il marmonne quelque chose que je ne comprends pas mais, je sais ce dont il a besoin. Je lui tends en échange de son argent, un sachet de couleur verte, c'est l'un des trucs les plus fort que je vends. Il repart avec son bien sans plus attendre, en titubant maladroitement. -" Et voila ! A cause de toi il va aller crever dans une ruelle, ce sera ta faute, la dose fatale viendra de toi."- Je jette ma clope plus loin et serre le poing si fort que mes jointures me font mal. Je me retourne et marmonne face au mur.

Asmodeus - Putain de merde, fermez la ! J'en ai rien a foutre qu'il crève comme un chien, c'est sa main à lui qui injecte la dose pas la mienne !

Je hais me laisser aller comme ça en public mais, j'ai du mal à gérer mes émotions pour le moment. -" A fleur de peau comme une gamine de quinze ans."- Si peu de gens sont au courant de mon problème et je sens déjà quelques regards sur moi. BORDEL ! J'écrase mon poing contre le mur, le sang ruisselle. J'inspire profondément, je me sent déjà mieux! La douleur envoie les voix loin derrière la vacarme qu'elle impose à mon corps. Je reprends appuis contre le mur et me concentre sur le sang chaud qui coule le long de ma main.



«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

avatar
« The Time Keeper »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Absolute Zero ft Tasnim   Jeu 7 Mai - 0:31
Gallions : 94
    
The first draught serveth for health, the second for pleasure, the third for shame, and the fourth for madness.


Un bruissement de cape, un léger « pop » et la crinière cendrée de Tasnim apparut sur le Chemin de Traverse. La nuit tombait déjà, les jours se raccourcissaient en même temps que l’espoir des sorciers et les boutiques se mettaient à fermer définitivement leurs portes une par une, avec une régularité de métronome... Mais si les marchés noirs se multipliaient dans tous les coins de Londres, comme frappés d’un maléfice de Gemino, certains éléments n’étaient trouvables que sur le Chemin de Traverse et sa jumelle maudite. Comme au bon vieux temps. Et en parlant de temps, Tasnim en avait plus que nécessaire ce soir là, elle en avait tellement qu’elle ne savait même plus quoi en faire : son directeur l’avait forcée à rentrer chez elle, et je dis bien forcée, sous prétexte que les cernes qui se dessinaient sous ses yeux étaient à présent assez grandes pour accueillir tout un nid de Doxys. Tully, père poule à ses heures perdues, s’était pris un refus simple mais direct : – Non. – Comment ça, non ? – J’ai le sentiment qu’on approche quelque chose de grand. Quelques heures de plus seulement, au moins jusqu’à 22h et… – 22h ? J’apprécie le dévouement, Vang, mais il est temps que vous mettiez quelques heures de côté pour vous trouver une vie, vous ne pensez pas ? Après tout… en ces temps incertains, on… je… Tully avait paru brusquement mal à l’aise, pataugeant dans sa mare de bonnes intentions. Marié, père de trois petits démons, les évènements qui se tissaient en toile de fond avait réveillé son instinct paternel et il s’était même mis à sourire à ses employés, ce qui chez lui ressemblait plus à une grimace scotchée sur une barbe qu’à un signe encourageant. – Faites-moi plaisir Vang, rentrez chez vous, relaxez-vous, allez vous perdre dans une taverne, que sais-je, faites ce que tous les américains et jeunes de nos jours font après une solide semaine de travail et… Vang, arrêtez de regarder votre montre par tous les diables ! Docile, Tasnim avait obéi. Etait rentrée chez elle à l’heure de pointe, avait pulvérisé tous les grains de poussière qui avaient osé se déposer dans sa tanière puis s’était arrêtée, les aiguilles dansant dans les yeux, désirant soudain quelque chose qu’elle n’avait plus en stock.

Quelques pas plus loin, au croisement des deux rues, une silhouette encapuchonnée la bouscula – sans s’excuser, fils de goule – et c’est là qu’elle aperçut l’autre, dépérissant presque à vue de nez dans la pénombre. Holy Mother of Merlin. Le type qui marmonnait fiévreusement, front contre le mur, était une personnification plus vraie que nature des gus dont se servaient les grands-mères pour effrayer les enfants : si tu ne finis pas ta soupe à l’oignon dans sept minutes exactement, les fous de l’allée des Embrumes vont venir te terroriser dans tes cauchemars ! Du moins c’était comme ça que Tasnim imaginait les grands-mères britanniques : d’odieuses petites mamies murmurant des maléfices dans leur barbe et répandant des rumeurs par leur réseau de cheminées personnel. C’était à la fois effrayant et navrant ; mais Tasnim ne pouvait pas passer son chemin. Elle n’en avait pas envie, attirée comme un aimant qu’elle était par tout ce qui était à moitié ou pleinement fou. Elle n’en avait pas le cœur : pas assez noir ou assez égoïstement indifférent. Et, enfin, elle n’en avait aucun intérêt puisque c’était précisément Asmodeus qu’elle comptait trouver. Quelques pas en avant : elle s’arrêta alors qu’il s’éclatait les jointures contre le mur. – Ça a l’air d’aller fort, dis moi. Faisant tinter les fioles de potion au fond de ses poches, elle s’approcha un peu plus de façon à jeter un œil sur son poing rougeâtre, l’air détaché mais bienveillant. Un peu perché, pour être honnête (comme toujours). – Je t’apporte quelques expérimentations de mon cru, et d’amis lointains. Intéressé ? Elle ne le disait jamais clairement mais l’échange de bons procédés était sous entendu : je t’aide, tu m’aides, et tout le monde devrait être heureux. Elle n’aurait pas pu rêver de meilleur cobaye que ce sorcier étrange dont la tête était envahie des voix du Diable et qui lui filait de la couleur sous le manteau. C’était comme ça qu’elle l’appelait : de la couleur. Pas de la poussière de fée, pas de l’essence de centaure, pas des gallions de lutins qui disparaissaient ‘comme par magie’ mais bien de la couleur. Jaune, vert, rouge, bleu, violet, orange, à paillettes, à œil, à cornes, tout. Electrisée par la dose future, Tasnim lui balança même un sourire pour la route, les yeux pétillants au-dessus des cernes. – Avec un peu de chance, l’une de ces potions t’évitera même de martyriser ce pauvre mur de briques. Confiante dans sa grande cape bleu nuit, imperméable au mal ambiant qui paraissait pourrir tout autour d’eux, peut-être même à l’intérieur d’eux.

avatar
« Let this world explode. »
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Absolute Zero ft Tasnim   Ven 29 Mai - 0:35
Gallions : 72
    
J'inspire profondément et expire lentement tout en fixant un point invisible sur le pavé. Il s'agit d'une tentative très claire d'auto anesthésie !!! Faire le vide, en dehors de la douleur qui justement est elle même la pièce maîtresse de tout le procédé. - Toi et tes idées débiles. Tu va nous inventer un jargon médical maintenant ?!?-  Et pourquoi pas !?! S'il me convient à moi ! Je n'ai de toute façon certainement pas été assez loin puisque déjà, elles sont de retour. Quelqu'un s'approche de moi mais,je ne lève pas la tête. Je pense qu'une part de moi croit pouvoir disparaître...la part emplie de folie. Mais je suis pourtant bien la, je ne me fond pas dans la brique, mon sang ruisselle sur le sol et un voix viens déchirer "ma" nuit...

Tasnim - – Ça a l’air d’aller fort, dis moi.

Cette voix, ce tintement de verre significatif...ET MERDE ! Vla l'autre folle ! Tasnim ! Elle me perturbe au plus haut point. Je ne sais absolument pas ce que je dois ressentir pour elle, ni comment me comporter à son contact. Et pour une fois mes voix semblent presque aussi paumées que moi ! - Non pas du tout ! On la hait ! Ok ! Ça a le mérite d'être claire et je suis au moins fixé la dessus. Je relève la tête et plante mon regard droit dans celui de Tasnim. Les services qu'elle m'apportent me sont bien trop utiles pour me laisser emporter trop vite. Notre relation se doit de restée strictement professionnelle ! Pour toute réponse à son interpellation, je hausse les épaules. Je ne vais pas la contredire aux vues de mon état mais, je ne vais certainement pas non plus aller dans son sens.

Tasnim - – Je t’apporte quelques expérimentations de mon cru, et d’amis lointains. Intéressé ?... Avec un peu de chance, l’une de ces potions t’évitera même de martyriser ce pauvre mur de briques.

Je n'y crois pas une seconde ! Je me bats avec trop de démons pour qu'une seule potion ou expérimentation puisse tous les maîtriser d'un coup. Cependant, je suis tout de même plus qu'intéressé par ce qu'elle qualifie d'expérimentations de son cru!

Asmodeus - Bien évidemment que ça m'intéresse ! Je suis toujours curieux devoir ce que tu as à me proposer ! Je ne sous estime pas ton talent en la matière...

- Compliment inutile ! - Peut être pas tant que ça. Je me décolle du mur et prends appuis sur mes deux pieds. Je frotte ma main ensanglantée contre mon pantalon, réveillant la douleur au passage. Huumm que c'est bon ! Je pourrais partir dans l'optique de me débarrassée de Tasnim au plus vite mais, la nuit n'est pas très bonne niveau client et Caly est toujours aux abonnés absents. Autant faire les choses proprement et calmement dans ce cas! - Comme si cté ton genre ça ! Ahahha - Je sais que je ne peux pas l'emmenée chez moi, si Caly débarque elle pourrait prendre cher gratuitement sans même que nous ayons eu le temps d'expliquer quoi que ce soit. J'ai une autre idée.

Asmodeus - Je te propose de faire ça à notre aise et avec un plus d'intimité qu'ici. Suis moi!

Pas de si tu veux bien ou de s'il te plait ! J'ai très souvent tendance à les oublier ceux là ! J'engage le chemin, nous nous enfonçons plus loin dans l'allée des embûmes. Je bifurque dans une petite rue et en murmurant un mot de passe inaudible, je tapote sur un bouche d'égout avec ma baguette magique,  je la fais sautée et me glisse à l'intérieur sans même faire signe à Tasnim de me suivre. L'endroit est bien connu des dealers et délinquants du quartier. Ce soir comme je le disais c'est calme, trop calme. L'endroit est désert. J'allume une torche à l'aide de ma baguette et dévoile une vaste pièce. Un vieux canapé moisi trône dans un coin au milieu d'une multitudes d'objets en tout genre et d'utilités les plus diverses. Ça pue le renfermé, j'allume une clope et inspire la fumée pour couvrir l'odeur pestilentielle. Je fais alors demi tour sur moi même, me préoccupant enfin de savoir si Tasnim m'a suivi.





«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me

Contenu sponsorisé
Re: Absolute Zero ft Tasnim   
    
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disenchanted :: ENGLAND :: Le Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-